Thérapeutique

Le Safran apparaît sous forme d’un hiéroglyphe dans le papyrus d’Ebers qui est le plus ancien livre médical connu, datant de 1550 AV J-C. Le Safran rentrait dans plus de 30 recettes médicales.
Le Safran a une très longue histoire de médecine traditionnelle. Dans l’Antiquité grecque, il était loué pour ses vertus aphrodisiaques. En Perse, on l’utilisait pour traiter la dépression et l’épilepsie; l’herboristerie classique lui attribue des propriétés anti-fatigue, à la fois sédatives et toniques sur le système nerveux central. Depuis le XIXe siècle, il est préconisé comme calmant léger, mais aussi contre les douleurs menstruelles et les insuffisances ovariennes chez les femmes. En homéopathie, il est employé dans de nombreux problèmes nerveux, menstruels et hormonaux féminins.

Man_gathering_saffron_Knossos_Crete_crocus_sativus_fresco

La médecine moderne a découvert que le safran possédait des propriétés anti-dépressives. Celles-ci ont montré qu’en cas de dépression légères à modérées, le safran est non seulement plus efficace que le placebo, mais aussi efficace que les anti-dépresseur chimiques et sans effet secondaire. Des chercheurs ont aussi confirmé l’action bénéfique du safran dans les humeurs dépressives dues aux troubles hormonaux féminins.

Encore plus récemment et avec, semble t-il, beaucoup d’engouement de la part des laboratoires, on prêterait au safran des qualités anti-oxydantes. En d’autres termes, le safran ralentirait notre vieillissement, nous autres les humains !
Alors donc, les vertus anti-oxydantes du safran viendraient des caroténoïdes, des molécules aux puissantes vertus anti-oxydantes. Les caroténoides du safran protège les cellules de l’organisme de l’attaque des radicaux libres qui se développe spontanément lors de la respiration mais qui est amplifié par l’environnement : Pollution, tabac….
Les radicaux libres affectent les fonctions des cellules et accélèrent leur vieillissement.
Pour une protection antiradicalaire, on estime qu’il faut apporter à l’organisme chaque jour entre 6 et 30 mgde caroténoides, que l’on trouve dans une alimentation variée, riche en fruits , légumes et par l’ajout du safran dans vos plats.
Des recherches ont corroboré ce point en évaluant les effets antioxydants du safran et son action bénéfique sur la protection du système nerveux de la rétine, notamment dans l’évolution de processus de dégénérescence maculaire lié à l’âge. Le safran répondrait aux besoins antioxydants du tissu rétinien, permettant d’améliorer le champ visuel en veillant à le préserver un maximum.

Aussi, des laboratoires de cosmétique développent des produits dans lesquels le safran est utilisé, en particulier les pétales fraîches dans lesquelles on trouve la plus forte densité de caroténoides.

Laisser un commentaire